Le rituel de itadakimasu.

Le rituel de itadakimasu.

Le premier article de cette quête de l’esprit japonais porte sur itadakimasu. Cette idée nous est proposée par Taketo Ikeuchi, guide francophone à Kyoto. Itadakimasu est le mot que les Japonais prononcent au début du repas en joignant les mains devant la poitrine. Nous le traduisons habituellement par « bon appétit », car il n’existe évidemment pas d’équivalent en français. Mais sa signification en est en réalité très éloignée.

La langue

Itadakimasu vient du verbe itadaku qui est la forme d’humilité de recevoir et s’écrit :

きます

いただきます

La traduction littérale du terme en français donne donc : je reçois avec humilité. Ce qui est bien éloigné de notre « bon appétit ».

Mais écoutons ce qu’en dit Taketo-san :

« Itadakimasu veut dire recevoir la vie des êtres vivants comme les animaux et les plantes. Sans leur vie, on ne peut pas vivre tout seul. C’est pour ça que l’on remercie. C’est très important. Il y a une autre expression quand on mange. Les Japonais aiment manger. À la fin du repas, on dit gochisôsama deshita, qui veut dire : « on a bien reçu leurs vies. »

Il explique également qu’il a fait des études d’agriculture, et qu’il existait une sorte de cérémonie pour remercier les plantes. Cette cérémonie ne se fait évidemment pas dans la vie courante, mais itadakimasu en est l’expression.

Gasshô

Le geste qui est associé à ce mot est en lui-même important. Le fait de joindre les mains au niveau de la poitrine, c’est gasshô dans le bouddhisme. Il a une très haute signification. Les deux mains représentent les contraires, les opposés, le yin et le yang, le fait de les joindre, signifie l’apaisement, l’unité des contraires, le tout qui réunit les opposés. C’est une manière d’harmoniser, d’unifier, le corps et l’esprit, soi et les autres, C’est une grande forme de respect, et là aussi un mini rituel en soi.

Exprimer sa gratitude.

Les Japonais aiment les rituels et itadakimasu en est un à lui tout seul. C’est une forme de remerciement à tous ceux qui ont contribué au fait que la nourriture que nous avons dans notre assiette se trouve là à cet instant. Cela concerne tout d’abord les animaux et les plantes qui sont les premiers à qui nous devons cette nourriture. Mais il ne faut pas oublier l’agriculteur ou l’éleveur qui l’a fait pousser ou les a élevés, ceux qui ont transporté cette nourriture, qui l’ont vendue, puis ceux qui l’ont cuisinée. Ce remerciement, ou plutôt je préfère le terme de gratitude à toute la chaîne. Et donc s’adresse également à la maîtresse de maison ou au cuisinier qui a transformé les ingrédients de bases, pour en faire un plat savoureux, mais le plus souvent aussi agréable à regarder. Car le plaisir passe d’abord par les yeux, avant de passer par le goût.

Tout un rituel.

Ce simple mot met en avant plusieurs points importants de l’esprit japonais. Nous y trouvons cette forme de respect par rapport à la nature, et ce qu’elle apporte à l’homme, notamment sous la forme de nourriture. Mais il y aussi le respect du travail accompli, la notion de rituel et de sacré, mais aussi cet esprit de corps, tous les Japonais prononçant cette phrase rituelle avant de manger.

Connaissiez-vous cette interprétation ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Partager l'article sur les réseaux sociaux :
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Replies to “Le rituel de itadakimasu.”

  1. Merci Christophe de nous emmener avec toi dans cette visite du Japon et de nous donner les clés de compréhension.
    C’est un véritable “coming out”!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *